Forum de la famille Les-Pii-Coeurs Nostale-serveur 2
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les gardiens de Fenghuang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caliste
lion loup
lion loup
avatar

Messages : 125
Date d'inscription : 01/08/2011
Age : 21

MessageSujet: Les gardiens de Fenghuang   Lun 23 Avr - 8:31

Les gardiens de Fenghuang


Chapitre I
La mise à l’épreuve



1


Assise sur une colline aux côtés de mon maître, nous contemplions ensemble le coucher du soleil derrière la couronne de glace. Cette terre gelée que l’on distinguait à l’horizon demeurait l’éternel champ de bataille des anges contre les démons. Mais même si une guerre incessante y faisait rage, les rayons du soleil couchant qui se reflétaient sur toute cette glace et toute cette neige offraient un spectacle magnifique.
Contrairement à la couronne, notre île restait un lieu de sérénité absolue. Le paysage duquel ressortait un forte impression de quiétude, était composé d’immenses plaines formées par de grandes collines de verdure. Ces plaines étaient entourées de petits bois et d’une végétation abondante. Au centre de l’île se trouvait une grande forêt au milieu de laquelle se situait notre village.

Les habitants du village veillaient sans cesse sur le temple de Fenghuang, le majestueux phénix. D’ailleurs, les villageois avaient tous la particularité de maîtriser une puissante magie du feu, la flamme qui leur venait du phénix même. Comme ils gardaient ainsi une partie de son pouvoir, tous ces gens portaient le titre de « Gardien de Fenghuang ».
La flamme que maîtrisaient les gardiens dépendait totalement de leurs sentiments. Une concentration extrême était donc nécessaire pour contrôler correctement cette flamme, ce qui demandait beaucoup d’entraînement.
J’étais d’ailleurs une apprentie gardienne… mais plus pour très longtemps! L’épreuve qui allait faire de moi une gardienne confirmée allait débuter le jour suivant. Mon maître était fier de mes progrès après des années d'exercice, il était persuadé que j’allais la réussir.

Mon maître, quant à lui, était le plus jeune de tous les enseignants de l’île. A peine avait-il terminé sa formation qu’il m’avait prise sous son aile. A ce moment je n’avais que huit ans, tandis que lui n’en avait que dix-neuf. Personne n’aurait pu croire qu’à cet âge il réussirait à m’enseigner une magie aussi difficile. Etrangement, je me révélais être une apprentie très compétente, si bien que l’on me proposa assez tôt de passer l’épreuve finale de mon enseignement avant ma majorité.

Quand le soleil eut disparu derrière la couronne de glace et que le ciel s’eut assombri, mon maître exigea que l’on rentre au village. Demain allait être un grand jour, et il voulait que je sois au summum de ma forme. En effet, même si le responsable de l’épreuve n’avait communiqué le déroulement de notre examen à personne, nous avions déjà une petite idée de ce qui nous attendait. Nous allions devoir voyager, et ce durant plusieurs jours afin de ramener une preuve précise de notre réussite. Mais ce renseignement donné par nos maîtres était un peu flou… nous ignorions où nous allions devoir nous rendre et surtout quelle était cette « preuve » qu‘il fallait ramener.

Après une petite marche à travers la forêt, nous arrivions au village éclairé par des guirlandes de lampions orangés. La garde nocturne venait de se lever afin de relayer la garde diurne. Le temple était décidément bien gardé. En revanche, je ne savais pas vraiment pourquoi. Aucun apprenti ne savait ce que le temple renfermait, c’était un secret bien gardé que seul les gardiens de Fenghuang connaissaient. Mais maintenant, cela m’importait peu, car l’épreuve finale de mon apprentissage approchait à grands pas et étant sûre de la réussir, le mystère du temple allait bientôt m’être élucidé.

Après avoir souhaité une bonne nuit à mon maître, j’entrais dans le dortoir des apprenties, une habitation située à l’Est du temple tandis que celui des garçons se trouvait du côté opposé, juste en face du notre. Toutes les apprenties dormaient déjà lorsque j’entrais silencieusement. Je fermais la porte puis avançais dans la pénombre jusqu’à mon lit. Je m’allongeais ensuite, sans oublier de me blottir sous ma couverture. Par la suite, il me fallut une bonne heure pour réussir à m’endormir tellement j’avais hâte d’être au lendemain…


Dernière édition par Caliste le Mer 25 Avr - 5:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Caliste
lion loup
lion loup
avatar

Messages : 125
Date d'inscription : 01/08/2011
Age : 21

MessageSujet: Re: Les gardiens de Fenghuang   Mer 25 Avr - 5:53

2

Je me réveillais un peu après l’aube. De la fenêtre en face de mon lit, je pus contempler l’ascension du soleil dont les rayons dorés éclairaient le dortoir. Les jeunes apprenties dormaient à poings fermés. Sans bruit, je me levais, m’habillais et me préparais.
Tandis que je sortais, j’aperçus mon maître devant le temple ainsi que les deux autres participants de l’épreuve accompagnés de leurs maîtres. L’épreuve n’allait pas tarder à être annoncée par Hélios, le chef des gardiens. C’était lui qui dirigeait le village et qui se chargeait des épreuves.
Les participants réunis, il ne manquait plus que la venue d’Hélios. Tout le groupe, apprentis comme maîtres, fixait le grand cadran solaire installé au milieu du village, sur la grande place devant le temple. Il ne restait que quelques minutes d'attente…

Pendant ce temps, j’examinais les deux autres personnes qui deviendraient mes coéquipiers lors de l’examen. J’étais petite à côté d’eux, autant par la taille que par l’âge. Tous deux étaient majeurs alors que je n’avais que seize ans. Mais l’apparence ainsi que l’âge importait peu, ce qui comptait demeurait l’esprit. C’était la chose la plus importante pour un gardien de Fenghuang. Quelqu’un de mauvais ne pouvait pas maîtriser la flamme car ses sentiments restaient principalement mauvais. La flamme de Fenghuang nécessitait des sentiments forts de volonté et d’humanité. Elle ne servait pas à faire le mal, seulement à défendre lorsque le besoin existait.

La première se nommait Tess et le second Isao. Pour moi, elles étaient juste des connaissances. Je les avais déjà vu, je connaissais leur nom, mais nous n’avions pas souvent discuté. Les apprentis passaient plus de temps avec leurs maîtres à s’exercer plutôt qu’avec les autres.

Le cadran indiqua bientôt huit heures, l’heure de l’annonce. La porte du temple s’ouvrit dans un léger grincement et Hélios fit son apparition. Il tenait à la main un parchemin enroulé. Il s’avança vers nous et une fois devant le groupe, il s’exprima:


- Chers apprentis, après toutes ces années d’apprentissage, vous voici enfin parés à l’achever. L’épreuve que je vous réserve aujourd’hui déterminera si vous êtes réellement apte à devenir Gardiens de Fenghuang. Pour cette épreuve, continua-t-il, vous devrez vous rendre sur les terres d’Eastmile. Là-bas, vous serez chargés de trouver Cao Son, le grand sage. Lui seul pourra juger de vos capacités, et si vous êtes vraiment prêt à devenir gardien, il vous remettra un gage de sagesse.

Lorsque Hélios eut fini de parler, j’examinais furtivement mes partenaires pour déterminer leur ressenti sur la précédente annonce. Je crois bien que nous ressentions tous la même angoisse à l’idée de nous retrouver sur une terre aussi dangereuse que celle d’Eastmile. Cet endroit lointain dont on ne connaissait qu’une infime partie des dangers était peuplé de monstres encore plus féroce les uns que les autres.
Cependant, porter le titre de Gardien de Fenghuang méritait bien un tel voyage…


- Ce parchemin, ajouta Hélios en remettant le document enroulé à Tess, indique où trouver Cao Son. Vous pourrez l’ouvrir lorsque vous serez arrivés à Eastmile. Une embarcation vous attend au sud de l’île et tout le nécessaire pour votre voyage a été prévu. Bon courage à vous et je vous souhaite de réussir!

Nos maîtres nous firent signe de les suivre. Nous nous dirigions vers le rivage où nous attendait le fameux bateau qui nous emmènerait à Eastmile. Nous étions sur le point de découvrir un nouveau continent, un continent certes périlleux mais qui valait le coup d’être exploré. On racontait que des aventuriers y vivaient et j’avais bien envie de voir à quoi ils ressemblaient. Ils devaient être incroyablement puissants pour vivre dans un lieu aussi dangereux. Quelque part, il me tardait d’arriver sur le continent rien que pour les rencontrer, néanmoins la peur de l’inconnu me hantait. J’éprouvais le besoin d’être rassurée, et pendant le trajet jusqu’à maintenant silencieux, je profitais de l’occasion pour obtenir un dernier éclaircissement auprès de mon maître:

- Maître? Une question me torture l’esprit… Qui est Cao Son exactement? Est-ce un gardien de Fenghuang?
- Non, pas du tout! Répondit-il. Cao Son est un kirin.
- Un kirin? Qu’est-ce que c’est que ça?
- Une créature dotée d’une incroyable sagesse. La sagesse est très importante pour un gardien, c’est pour ça que chaque épreuve exige de rencontrer un kirin.
- Cela doit être une créature très impressionnante…

Je me demandais à quoi ressemblait un kirin. J’hésitais à demander à mon maître, mais finalement je préférais garder une part de mystère. L’envie de rencontrer Cao Son m’encourageait à aller à Eastmile. Et après tout, l’épreuve n’était peut-être pas si difficile qu’on se l’imaginait.

Lorsque nous arrivions au sud de l’île, nous vîmes une embarcation qui s’y trouvait amarrée. Un marin qui patientait à son bord nous salua et demanda à ce qu‘on le rejoigne. Nous dûmes tous prendre congé de nos maîtres.


- Prends soin de toi, Caliste.
- Ne vous inquiétez pas, Maître, je vais réussir cette épreuve!

Nous embarquions sur le bateau qui démarra une fois tous les participants à son bord. Petit à petit, nos maîtres qui nous fixaient depuis le rivage s’effaçaient à l‘horizon. Nous étions en route pour une grande aventure, sur une terre inconnue…
Alors que l’île de Fenghuang n’était plus qu’un point vert perdu sur la gigantesque étendue bleuâtre de la mer, nous profitions du trajet pour discuter et partager nos points de vue sur l’épreuve qui venait de nous être donnée. Le marin qui venait sans doute d’Eastmile riait le plus discrètement possible après certaines de nos idées farfelues à propos de sa terre natale.


Dernière édition par Caliste le Ven 29 Juin - 3:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Caliste
lion loup
lion loup
avatar

Messages : 125
Date d'inscription : 01/08/2011
Age : 21

MessageSujet: Re: Les gardiens de Fenghuang   Ven 29 Juin - 2:59

Chapitre II
Le voyage


1



Nous débarquions le lendemain matin sur le fameux continent. Après un jour entier en mer, nous étions bien heureux de revoir la terre. Cependant, le terrible spectacle qui nous y attendait nous désola... Tout autour de nous se trouvaient des habitations en ruine, certaines carbonisées et de la fumée s'échappait de certains restes de bâtiments. Choqués par cette scène, nous nous redemandions bien pourquoi on nous envoyait dans un endroit aussi dangereux. Contrairement à nous, le marin ne parut pas vraiment commotionné. Peut-être avait-il l'habitude?

- Voilà les jeunes! Nous sommes arrivés! Nous indiqua-t-il.
- Quel désastre! Lâchais-je dans l'espoir d'avoir des explications.
- Hélas, oui... Port Alveus finit toujours en cendres car les aventuriers se concentrent sur la protection de NosVille.
- NosVille?
- C'est une ville très importante. Les aventuriers y sont formés et c'est principalement là qu'ils se concentrent. Regardez, elle est juste là-bas!

Il pointa de son doigt une ville située un peu plus au nord, entourée d'eau et de forêts. On pouvait voir des gens, peut-être des aventuriers, élever ou consolider de grandes murailles tout autour de celle-ci.

- Juste avant que je ne vienne vous chercher, continua-t-il, on trouvait pas mal d'aventuriers qui surveillaient Port Alveus. Malheureusement... Une armée comme celle-ci ne peut presque rien contre une armée de démons. La guerre des anges contre les démons a envahi notre territoire et malheureusement, nous en payons les frais.
- Des anges et des démons? Comment est-ce possible?!
- Oui... L'histoire de cette guerre est trop longue à raconter. Mieux vaut ne pas vous en mêler, vous avez une épreuve à accomplir.

Le marin demanda à ce qu'on lui remette le parchemin qu'Hélios nous avait donné. Il le déroula et nous pûmes observer une grande carte d'Eastmile. Une croix à l'encre rouge sur une région montagneuse indiquait où se trouvait le fameux Cao Son. Par la suite, l'homme sortit une petite craie de sa poche et traça un long parcours allant de Port Alveus jusqu'à notre destination.

- Voilà! C'est le chemin que tous les apprentis comme vous empruntent pour leur épreuve. Voyez, il vous faudra toujours longer le littoral. Et surtout, si jamais vous trouviez un obstacle, prenez garde à ne pas trop vous éloigner de la mer! Anges comme démons, ils ne chercheront pas à s'aventurer par là-bas. Ils restent dans les terres à se battre inlassablement...

Nous le remerciâmes lorsqu'il nous rendit la carte. Avant de nous quitter, il nous donna un sac rempli de vivres pour notre voyage et nous souhaita une bonne chance. Puis, après nous avoir salué, il reprit la mer, nous laissant seuls sur cette terre désolée.
La peur nous poussa à rester un petit moment au milieu de la ville complètement démolie avant de nous risquer dans la traversée d'Eastmile. Chacun se promenait de son côté, observait les ruines calcinées et sans doute, pensait au voyage que nous étions sur le point d'entreprendre. Du moins, moi j'y pensais. Je voyais cette ville comme un avertissement, car nous pourrions très bien nous trouver à tout moment face à des démons. Nous allions devoir faire preuve de prudence et respecter les instructions du marin.


Tandis que je marchais tristement au milieu de la ville ravagée, j'aperçus parmi les décombres de petites perles luisant avec les reflets du soleil. Cachées dans un tas de débris, je les déterrais pour mieux les examiner. Il devait y en avoir une bonne dizaine. Elles étaient toutes plus ou moins abîmées, ornées d'un décoratif jaune pâle et ne paraissaient être que de simples billes de verre de la taille d'une orange. L'une d'entre elles attira plus particulièrement mon attention. On aurait dit qu'elle contenait quelque chose, mais je ne parvenais pas à savoir quoi. Une fissure s'étendait sur une partie du verre et des cendres glissées à l'intérieur l'avaient salie. Persuadée qu'elle me porterait chance, je la glissais tout au fond de ma manche, de telle sorte qu'elle ne puisse tomber. Fière de ma trouvaille, je ne prenais même pas la peine de chercher d'autres objets à récupérer. J'allais immédiatement retrouver mes compagnons qui circulaient dans ce qui avait été autrefois des rues. Ceux-ci semblaient tout comme moi un peu plus déterminés à prendre la route.

Fin prêts, nous commençâmes donc notre long périple dans les terres d'Eastmile. Nous devions traverser une immense forêt tout en restant près des côtes. Le début du voyage resta très silencieux. Nous n'osions pas tellement nous parler, nous ne savions pas quoi nous dire. Pour passer le temps, j'observais le paysage. A notre gauche se trouvait la forêt avec ses gigantesques sapins verdoyants. L'intérieur paraissait obscur et grouillait certainement de créatures étranges ou, qui sait, peut-être même de démons et d'anges. A droite, nous pouvions contempler la mer et son immensité bleuâtre sur laquelle se reflétait le soleil. Des oiseaux volaient au large, d'autres restaient sur le rivage et s'envolaient lorsque nous les approchions d'un peu trop près. La matinée avait été bien ennuyante. Chacun était resté plongé dans ses pensées et tout cela manquait cruellement d'action. Au bout d'un moment, Tess proposa à ce qu'on s'arrête car il devait être l'heure de déjeuner. Nous nous installâmes alors sur une petite plage pour manger tout en regardant l'océan.

- Nous sommes face à l'est, c'est bien ça? Questionnais-je soudainement pour rompre le silence.
- D'après la carte, oui, répondit Tess.
- On ne voit pas la couronne de glace. Nous sommes bien loin de chez nous...
- Oui, affirma Isao. En parlant de couronne de glace, vous croyez que nous croiserons des anges ou des démons?
- Si c'est le cas, j'espère qu'on tombera sur un ange.
- Au pire, il ne faut pas oublier que nous sommes sur le point de devenir des gardiens de Fenghuang! Nous avons la flamme du phénix, nous saurons nous défendre! Rappelais-je.

En effet, la flamme du phénix n'était pas à sous-estimer. Nous apprenions à l'utiliser depuis notre enfance. Tout commence avec une flamme incontrôlable que l'on développe petit à petit avec l'aide de nos maîtres. Puis il fallait qu'elle nous accepte, que nous apprenions à la manier. Je m'étais d'ailleurs brûlée plusieurs fois durant cette étape. Mais aujourd'hui, nous en sommes imprégnés. La flamme nous appartient et brûle en nous. Elle ne demandait qu'une seule chose: ne pas être utilisée à des fins malveillantes. Dans le cas contraire, la flamme s'éteint jusqu'à ce qu'on renonce à nos sombres desseins.

Nous mangions donc tout en contemplant l'immense étendue d'eau face à nous. Le repas était composé uniquement de fruits, de légumes et de plantes puisque sur l'île où nous vivions, on ne trouvait que très peu d'animaux. De plus, ce n'était pas dans notre coutume de tuer pour manger.
Après nous être restaurés, nous reprîmes notre chemin. Ce dernier semblait infini. En nous repérant sur la carte grâce aux formes des côtes, nous avions estimé que nous n'atteindrions pas la montagne avant plusieurs jours. Cette fois-ci, pour passer le temps, nous discutions d'une multitude de sujets, comme du paysage qui nous entourait, mais surtout de ce que nous projetions de faire une fois devenus gardiens de Fenghuang. Isao comptait faire partie des sentinelles du temple, tandis que Tess préférait s'occuper du village tout comme ses parents. Moi, je n'avais pas la moindre idée de ce que je pourrais devenir. Garder le temple s'avérait ennuyeux à la longue, m'occuper du village tout autant et enseigner ne me disait vraiment rien.

Nous marchions donc toute la journée jusqu'à ce que la nuit tombe. Bientôt, il faisait nuit noire et même avec les flammes que nous créions, il devenait difficile de se repérer. Nous décidâmes de nous arrêter dans un endroit sûr pour passer la nuit. Nous avancions petit à petit en cherchant un refuge, mais l'obscurité ne nous y aidait pas, nous aurions sans doute dû nous arrêter un peu avant le crépuscule.
Soudainement, Isao qui marchait à l'avant chuta dans une cavité que nous n'avions pas remarqué. Je l'attrapais vivement lorsqu'il bascula dans le trou, mais il était bien plus lourd que moi et les cailloux sous mes pieds me firent glisser. Nous tombâmes, cependant la cavité, bien qu'assez profonde, contenait de l'eau et du sable qui amortit notre chute. Nous nous relevâmes hâtivement puis fixâmes Tess restée à la surface qui agitait sa flamme au dessus de la fosse afin de nous repérer.


- Tout va bien en bas?!! Cria-t-elle.
- Oui!! Hurlais-je.

Nous cherchions un moyen de remonter. Les parois de la cavité, humides et glissantes, ne le permettaient pas et le sac que portait Isao ne contenait aucun objet qui aurait pu nous servir. Après quelques essais, je réussis à allumer une flamme dans ma main encore mouillée pour y voir plus clair. L'entrée d'une grotte apparut sur l'une des parois.

- Nous ne pouvons pas remonter... Affirmais-je. Et Tess ne peut pas nous aider...
- Cette ouverture mène peut-être à une sortie.
- En tous cas on ne peut pas rester ici, nous avons de l'eau jusqu'à la taille.

Nous allions visiter la grotte pour tenter d'y trouver une sortie pour remonter. Nous prévînmes Tess et la priâmes d'attendre que nous la rejoignons, ce qui pouvait prendre plusieurs jours. Puis, sans plus attendre, nous pénétrâmes dans le passage ténébreux, une flamme à la main.
Après quelques minutes de marche, la terre apparut petit à petit et nous pouvions désormais avancer tout en restant au sec. Nous étions fatigués et il n'était pas sûr que d'autres bandes de terre puissent nous accueillir plus loin. Nous nous assîmes donc contre un mur pour nous reposer. Tandis que je m'endormais enfin, Isao me secoua doucement l'épaule, me réveillant instantanément. Il avait allumé une flamme et semblait paniqué.


- Lèves-toi! Vite! Chuchota-t-il.
- Qu'est-ce qu'il se passe?
- Regarde bien...

Il leva sa flamme de telle sorte qu'on puisse voir un peu plus loin dans la caverne. Un bruit de reptation et de léger dégoulinement se fit entendre. A ma grande surprise, une sangsue aussi grande que moi et Isao réunis émergea d'une petite étendue d'eau à proximité. Elle ouvra sa mâchoire pleine de rangées de dents et se jeta sur moi. Je l'esquivais, mais elle paraissait déterminée à m'attraper. Elle fonça de nouveau sur moi, mais Isao la repoussa avec un mur de flammes qu'il créa entre nous deux. Rapidement, je lançais à mon tour une chaîne de flammes qui la brûlèrent. Toute sèche, elle s’aplatit sur le sol, morte...

- A mon avis, on risque d'en trouver pas mal ici...
- Oui. Heureusement, elles craignent le feu, rassurais-je.
- Je sais mais... Comment ferons-nous si le reste de la caverne ne contenait que de l'eau?
- Et bien...

Isao avait raison, on trouverait sûrement d'autres sangsues et peut-être encore de l'eau. Quelques minutes avant, nous en avions jusqu'à la taille, mais il n'était pas impossible que son niveau soit plus élevé vers le fond de la grotte et ainsi, que nous soyons obligés de nager et de nous priver de feu. De toute façon, nous ne pouvions pas faire marche arrière, nous devions à tout prix découvrir une sortie.
Nous décidions quand même de dormir, mais que d'un œil, cette fois-ci...


Dernière édition par Caliste le Lun 23 Juil - 5:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Caliste
lion loup
lion loup
avatar

Messages : 125
Date d'inscription : 01/08/2011
Age : 21

MessageSujet: Re: Les gardiens de Fenghuang   Lun 23 Juil - 5:09

2


Au final, la nuit se termina bien. Aucune autre sangsue ne troubla notre sommeil et nous pûmes nous reposer paisiblement. A mon réveil, je vis Isao face à moi en train de vérifier les réserves contenues dans le sac. Je me rappelais alors que Tess n'avait pas de nourriture avec elle puisque que nous avions avec nous le seul et unique sac à provisions qu'on nous avait confié. Mais après tout, proche de la forêt, elle pouvait très bien découvrir et cueillir quelque chose de comestible. Isao me tendit une pomme en guise de petit déjeuner. Après, nous allions devoir continuer d'avancer dans cette grotte, toujours sans trop savoir où nous allions.

Comme prévu, nous reprîmes notre exploration lorsque nous eûmes terminé de manger. Nous marchâmes au moins une bonne demi-heure dans l'obscurité éclairée par nos deux flammes. Aussi, je pu remarquer un fait étrange : celle d'Isao ne cessait de faiblir. Sûrement était-il fatigué. Je lui proposai à plusieurs reprises de s'arrêter un peu pour qu'il se repose, mais à chaque fois il refusa, prétendant qu'il était en pleine forme. Au bout d'un moment, sa flamme s'éteignit complètement.


- Ta flamme... Tu vois, tu es fatigué!
- Non, je t'assure que je vais bien. Il faut juste attendre qu'elle se recharge.
- Mais je n'ai jamais vu de flamme faiblir comme ça...

Le chemin plutôt plat se changea bientôt en une pente interminable qui devenait de plus en plus verticale, si bien que nous dûmes finir par l'escalader en nous aidant des parois de la grotte qui rétrécissaient de plus en plus. Nos efforts ne furent pas vains, car tout en haut se trouvait une gigantesque cavité où circulait un cours d'eau provenant d'une ouverture assez grande pour nous permettre de voir à l'extérieur. Nous avions enfin trouvé une sortie! Quelques sangsues se jetèrent sur nous, mais ce ne fut pas bien dur de les repousser. Nous finîmes par grimper jusqu'à l'ouverture située à à peine deux mètres du sol et réussîmes enfin par atteindre l'extérieur.
Le passage débouchait sur une région assez montagneuse d'où on pouvait accéder à une immense forêt de sapins. C'était à coup sûr la forêt qui avait été déconseillée, mais à première vue, aucun danger ne nous guettait. D'ici, on ne distinguait que des arbres et plusieurs points d'eau éparpillés un peu partout.


- Parfait! Nous sommes enfin sortis! S'écria Isao.
- Oui, il faut maintenant rejoindre Tess. Par contre, je crois qu'elle est de l'autre côté des montagnes par lesquelles nous sommes sortis. On ne peut pas les escalader...
- Ne t'inquiète pas, il y a sûrement un chemin qui y conduit dans cette forêt. Au passage, elle n'a pas l'air si dangereuse.
- Le fait qu'elle paraisse vide n'exclut pas le fait qu'elle puisse cacher quelque chose... Des anges et des démons par exemple?
- Peut-être. Allons la visiter, nous verrons bien.

Nous explorions la forêt tout en restant sur nos gardes et en longeant les montagnes qui nous séparaient du littoral. La forêt était calme, on n'entendait que le bruissement des branches et des feuilles dans le vent... En revanche, nous ne nous attendions pas à rencontrer des souches et des troncs d'arbre flétris qui se mouvaient seuls au milieu des sapins. Ils étaient humides, couverts de mousses, de lichens et de champignons, et pire encore... ils semblaient avoir un visage!

L'un d'eux nous repéra, une petite souche avec une hache plantée sur elle. Elle nous fixa d'un air menaçant tout en s'approchant lentement de nous, puis elle lança sa hache sur Isao, qu'elle manqua, fort heureusement. Nous lui projetâmes des flammes afin de la brûler. Nous l'avions vaincue, cependant d'autres souches commencèrent à s'en prendre à nous. Elles nous envoyèrent des haches que nous esquivâmes tant bien que mal pour ensuite en finir avec elles. Elles ripostaient de nos flammes toujours en nous lançant leurs armes tranchantes. Nous réussîmes à en tuer pas mal, mais une hache me toucha à la jambe. Je tombais à terre en hurlant de douleur. Isao s'empressa de venir me secourir avant que les monstres ne m'achèvent. Il me porta et se mit à courir à la recherche d'un refuge. Non loin de là se trouvait une petite cabane près d'un étang. Isao s'y précipita et réussit à nous y abriter. Les attaques des monstres ne pouvaient rien contre notre abri et finalement, ils renoncèrent et disparurent dans les profondeurs de la forêt. Une fois les souches parties, Isao examina ma blessure.


- Ce n'est pas profond, elle n'est pas trop grave, diagnostiqua-t-il.

Il détacha sa ceinture, une très longue bande de tissu caractéristique de la tenue des gardiens de Fenghuang, et commença à nettoyer ma blessure qui me piquait beaucoup avec de l'eau. Bientôt, ma jambe ne saignait plus et commençait à se cicatriser. Isao la banda avec sa ceinture et me laissa me reposer un peu, car j'avais perdu beaucoup de sang. En attendant, il observait les alentours de la cabane par les fenêtres. Allongée par terre, je le regardais faire.

- On risque de devoir rester ici pendant plusieurs jours à cause de ta blessure, m'annonça-t-il. Il faut au moins que tu puisses marcher.
- Sûrement...
- Je pars à la recherche d'un passage pour rejoindre Tess. Comme ça nous saurons où aller quand nous le pourrons.
- Tu es fou? Et si un monstre te blesse?
- Ne t'inquiète pas, je ferais très attention.

Isao installa le sac près de moi en me recommandant de me servir si j'avais faim, puis sortit prudemment à l'extérieur, tout en prenant garde de bien refermer la porte derrière lui. Je profitais de son absence pour dormir un peu, j'avais grandement besoin de reprendre des forces.

______________________________________________________________________________________________________________________________________________

La suite! '^'
Merci de venir donner votre avis dans le sujet approprié dans la section Pii-discute dont voici le lien:
http://pii-coeur.forumzen.com/t146-commentaire-les-gardiens-de-fenghuang#1397
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les gardiens de Fenghuang   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les gardiens de Fenghuang
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Neutre] Gardiens Sacrés
» Animah : Les gardiens du Savoir
» [Fête] Les Gardiens de la Nature vous invitent...
» [achat] Gardiens des tombes et catapulte
» Quand les gardiens du Temple Noir tombent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pii-Divertissement :: Pii-RP (Rôle Play)-
Sauter vers: